Ma bibliothèque d’images, mon jardin…

Au fil des années, pour accompagner mes cours, j’ai accumulé quelques milliers d’images que j’utilise exclusivement dans le cadre de la classe et dans les publications mises à disposition des élèves sur l’ENT (je réfléchis à en mettre quelques-unes ici même ou sur art-o-matic.fr).

Le problème n’est pas de retoucher ces images puisque je les collecte dans un état suffisamment bon pour qu’elles soient montrées à une classe. Par ailleurs, mes élèves sont prévenus de leur caractère infidèle aux originaux.

Le problème est de gérer cette masse, ce qui veut dire des opérations assez fastidieuses qui peuvent devenir encore plus pénibles sans les outils adéquats. Il faut bien sûr donner un titre explicite. La forme que je trouve la plus pratique est la suivante : nom de l’auteur – de création – titre de l’œuvre et particularités diverses – technique – dimensions ou durée.
Ensuite, et c’est tout aussi important, il faut renseigner les mots clés, faisant partie des données IPTC,  qui vont permettront de retenir certains aspects du document : description du contenu, catégories diverses, usages pédagogiques. Je ferai un article sur ce sujet pour lequel j’ai donné pendant plusieurs années des formations.

Ces dernières années, j’ai utilisé Aperture d’Apple, une application qui se destinait aux photographes. Connue pour la qualité de ces retouches, elle a été vite concurrencée par Lightroom d’Adobe, au point qu’Apple a fini par jeter l’éponge définitivement sur ce créneau-là. Il me fallait dont rechercher une application remplaçante.

Ce qui m’intéressait dans Aperture ce n’était pas ses fonctions de retouches, mais celles de classement et de renseignements des données IPTC. Attribuer par exemple un mot clé à une série d’images par un geste simple ou faire des recherches dans l’ensemble de ma bibliothèque. Cet aspect moins glamour n’est pas toujours mis en avant par les éditeurs. J’ai laissé de côté Lightroom qui suppose un abonnement dont je ne veux pas, malgré ses qualités indéniables. J’ai donc testé successivement plusieurs applications : Picasa qui est arrêté, Darktable une prometteuse application open source, mais qui pour l’instant incomplète, XNView et tout un tas d’autres concurrents plus ou moins dans les limbes.

Je commençais à désespérer quand je me suis aperçu qu’une des premières applications que j’ai achetée faisait déjà presque tout ce dont j’avais besoin : GraphicConverter (35€) de Lemke Software. À peine testé, j’ai écrit au développeur s’il pouvait ajouter deux fonctions : pouvoir gérer une hiérarchie de mots clés avec des dossiers, pouvoir importer la liste hiérarchisée des mots clés créée dans Aperture. Dans l’après-midi, j’avais une version bêta de GraphicConverter complètement utilisable pour gérer mes photos ! Au final GraphicConverter se révèle même plus souple et puissant qu’Aperture pour gérer mes mots clés…

Je reviendrai sur le fonctionnement des données IPTC et ma procédure de renseignement des images dans un prochain article… À suivre

Laisser un commentaire